Our Blog

 

Parcours d’un graphiste 

Pour devenir un infographiste / graphiste freelance demande beaucoup rigueur. Malgré tout en tant que créatif, je me donne de grande liberté pour avoir de l’inspiration. Si on choisi ce métier, c’est surtout de pouvoir se divertir en travaillant. Le graphiste est en permanence insatiable à la connaissance, toujours l’envie d’explorer les quatre coins du monde pour avoir de l’inspiration. Rechercher le contact afin d’avoir de l’émotion pour retransmettre au prochain. La force d’un vrai graphiste est de pouvoir retranscrire ses sensations sur un support. Pour développer ces qualités, la plupart des graphistes ont fait un parcours d’arts.

 

.

 

Les étapes :

Pour mon cas, j’ai passé mon BAC STI Arts appliqués au lycée Henri Matisse à Vence. Une formation très complète qui vous forme sur le design d’espace, design de produit, design graphic, design de mode. Une formation sur 3 ans qui vous permet de voir tous les domaines artistiques et technique du moment. Le but est de développer vos compétences vers une vision globale du design. Nous apprenons, à dessiner, construire, déconstruire, détruire, imaginer… Développer nos sens et nos idées, afin de créer des projets toujours plus fous et plus modernes. Cependant cela demande beaucoup de sacrifice, plus de 40 heures de cours par semaine, des nuits sans fins à patauger dans la peinture, encre tout type de matière afin de toujours innover et ne jamais faire comme les autres. En sortant de cette école, vous aurez tous les connaissance du monde. Créatif et cultivé, certaine personne décide de se lancer comme graphiste. Idéalement, il faudrait faire quelques stages en imprimerie et en agence de communication pour comprendre les différents étapes de la chaine graphique. Pour ceux qui ont du mal à continuer les études, vous pouvez valider votre diplôme en VAE, cela signifie qu’avec 3 ans d’expériences dans d’une entreprise vous pouvez obtenir un BTS par une validation des acquis, avec juste un passage devant un jury en fin d’année scolaire !

Jeune et motivé, j’ai décidé de faire un BTS communication visuelle spécialisé dans l’édition, publicité et illustration. Au lycée de Saint-exupéry à Marseille. L’un des rares lycée public de France à posséder une session de design graphic. Une formation indispensable pour apprendre les logiciels graphiques comme : photoshop, illustrator, indesign… A éviter les écoles privées qui vous propose peu de formations ou des disciplines peu approfondi. Toujours faire les portes ouvertes et comparer les écoles. Les meilleurs écoles d’arts se trouvent dans les grandes villes, à voir absolument pour identifier les dernières nouveautés et recherches :

- Ecole Estienne à Paris

- Olivier de serres à Paris

- La Martinière à Lyon

- Les Gobelins

 

Ensuite, un petit détour à Paris après une année sabbatique en Angleterre pour améliorer mon anglais et découvrir d’autre culture. Une formation d’un an en alternance au CFA’com à Bagnolet renommé le Campus de la fonderie de l’image. Pour une licence pro multimédia spécialisé dans la création de site web, scénariste média et FOAD (formation en ligne). Un nom à tomber par terre mais lorsque que vous vous spécialisé, le nom du diplôme est sans importance mais plutôt les formations que l’ont vous propose. Grâce à cet école, j’ai pu intégrer une banque international NATIXIS ASSET MANAGEMENT. Un décalage extrême, alors que j’étais juste un jeune garçon fragile venant de la campagne profonde. Prenant mon courage à deux mains, j’ai crée les plus beaux projets pour cet entreprise. Les animations pour  les lancement de projets, des vidéos pour les salons internationaux, la gestion des émissions de la webTV… Le faite d’être sur Paris vous permet d’avoir plus projet et plus d’opportunité. Malheureusement, en manque de soleil, j’ai préféré repartir dans le sud pour faire mes études.

Pour compléter mon profil de graphiste puis webdesigner, j’ai voulu agrandir mes connaissances dans la programmations pour pouvoir construire un site de A à Z. Donc un petit parcours de plus pour un Master Expert Software Development au CampusID à Sophia-Antipolis. Cette formation m’a permis de comprendre tous les formes du monde virtuel. En revanche, en tant que créatif, cela m’a déstabilisé car nous avons moins de liberté dans le travail. Nous devons suivre en permanence les règles des langages, sans parler des nouveaux systèmes qui se crée chaque année. Je me contente de mon job de graphiste pour vivre pleinement ma passion.

 

Le travail ne se limite pas qu’une carte de visite ou d’une affiche. Pour ma part, j’ai la chance de travailler pour les hôtels, restaurants, magasins, artisans, fonctionnaires… au final tous les corps de métier. Le but est de proposé un produit global au client. L’erreur d’un graphiste est de travailler directement sur un support spécifié par le client. Pour bien satisfaire la demande, il faudrait demander l’objectif du client. A partir de ce moment là, il faudrait ressortir vos cours de stratégie marketing. Lorsqu’une communication est bien ciblé, le client aura de bon retour et vous fera même une bonne publicité.

 

Après plusieurs années de bons et loyaux services, je me suis lancé en freelance, ce qui veut dire avoir un statut d’entreprise, gérer votre emploi du temps, gérer les fournisseurs, contacter les prestataires, rencontrer les clients, livrer les colis, voir le comptable, payer les impôts… Avoir un minimum un profil d’entrepreneur, bien se renseigner et être très motivé ! Ne pas avoir peur de prospecter dans les entreprises, être parfois envahissant pour se faire de la pub. Souvent pour commencer vous pouvez vous inscrire soit à la maison des artistes soit en tant que autoentrepreneur (facile et rapide sur internet, en 10mn c’est bouclé) ou à l’ancienne, vous pouvez aller voir la chambre des commerces pour faire une demande de Kbis et la création d’entreprise pour être « indépendant ». C’est un statut plus officiel, qui sera reconnu immédiatement dans la listes des entreprises en France, donc un référencement plus rapidement dans les annuaires et livres des commerces. Cependant vous allez payer des cotisations même si votre affaire est nul. Donc bien réfléchir avant de choisir, demander conseiller à un comptable ou bien une formation à la chambre de l’artisanat.

 

Après 10 ans de métier, je me déplace dans tout le département des Alpes-Maritimes pour donner des cours. L’expérience est très formateur. Des enseignements pour se perfectionner ou découvrir, je propose des cours aussi bien pour des professionnels que des particuliers. Donc pour tous les personnes qui souhaitent se apprendre ou se reconvertir dans le graphisme ou bien créer des sites web, je propose des formations complètes pour changer votre parcours professionel :

CLIQUEZ ICI POUR DEVENIR GRAPHISTE / INFOGRAPHISTE / MAQUETTISTE

CLIQUEZ ICI POUR DEVENIR CREATEUR DE SITE WEB / WEBDESIGNER / INTEGRATEUR

 

 

Mon parcours

– BAC STI Arts appliqués spécialisé dans design d’espace, design de produit, design graphic, design de mode au lycée Henri Matisse à Vence

– BTS communication visuelle spécialisé dans l’édition, publicité et illustration. Au lycée de Saint-exupéry à Marseille.

– CFA’com à Bagnolet renommé le Campus de la fonderie de l’image. Pour une licence pro multimédia spécialisé dans la création de site web, scénariste média et FOAD (formation en ligne)

Master Expert Software Development au CampusID à Sophia-Antipolis

 

Conseils :

– Se cultiver

– Faire des stages dans l’imprimerie offset

– Faire des stages dans l’imprimerie numérique

– Faire des stages dans une agence de communication

– Attention à certaines écoles privées

– Avoir  fournisseurs rapides

– Avoir les prestataires idéalement en France pour un contact immédiat

– Répondre rapidement aux clients

– Comprendre le problème du client pour créer une stratégie de communication

– Un cahier des charges pour chaque projet

– Acompte avant de travailler

– Collaborer pour avoir un réseaux

– Ne pas avoir peur ou bien foncé avec les yeux ouverts !

 

 

 

 

 

Comments ( 0 )